L'éthique anthropocentrée welfariste


L'utilitarisme de Bentham et de Singer est à distinguer d'une approche utilitariste strictement centrée sur les intérêts de l'humain, portée par une éthique que nous avons nommée anthropocentrée welfariste, et qui conduit à envisager le bien-être de l'animal comme utile dans la mesure où il favorise les intérêts spécifiques de l'humain. Cette éthique n'est pas portée par un courant philosophique particulier mais elle est véhiculée par certains scientifiques et experts professionnels agricoles. Le bien-être est ainsi justifiée car il favorise une plus grande protection.